LEVOLUTION DU DOSSIER AS/AP FAIS CE QUE JE DIS ! MAIS NE DIS PAS CE QUE JE FAIS

 

 

Des tracts et des pétitions fleurissent, brossant dans le sens du poil des agents de différentes catégories, titulaires ou contractuels: Infirmiers, AS, AP, AMP, ASQH

 

tablissons quelques vérités ! Concernant les AS/AP :

 

A la CFDT, nous avons participé depuis plus de deux ans à tous les travaux nationaux sur la  reconnaissance des AS/AP, et siégé à toutes les séances de concertation

au ministère sur ce sujet ? D’où des informations FIABLES et faciles d’accès.

 

Le constat aujourdhui est le suivant : au ministère, certains syndicats se sont clairement opposés à une évolution des compétences des AS/AP, ce qui ne

les empêche pas de diffuser des tracts et/ou pétitions qui prétendent le contraire.

 

Concernant les infirmier(e)s :

 

On trouve dans une pétition qui a circulé récemment des demandes qui sont carrément contradictoires avec les positions prises en instances (quand on prétend par exemple demander des droits pour les infirmiers contractuels, et qu’on fait barrage à ces agents pour  l’accès à la formation à l’ANFH)

 

Pour tous :

 

Dans les mêmes pétitions, on trouve aussi une demande dintégration de toutes

les primes  dans le salaire de base soumis à pension : c’est déjà acté puisque  cela fait partie du protocole PPCR dont les textes officiels sont parus il y a quelques jours

et contre lequel une certaine organisation syndicale s’était fermement opposée

et avait quitté la table des négociations !

 

L’augmentation des effectifs, des primes et indemnités, l’alioration des

conditions de travail. Dites-nous qui signerait contre ?!

Alors, sans jamais participer, sans jamais s’engager, sans jamais oser proposer

mais en dénigrant  sans cesse, ils jouent le jeu du « plus démagogique que moi

tu meurs » en criant au scandale,  exigeant des négociations alors qu’ils en ont claqué

la porte et jouant les opportunistes pour mieux se fondre dans le décor.

 

LE MENSONGE NE FAIT PAS PARTIE DES VALEURS DE LA CFDT

 

Nous vous invitons à venir échanger avec nous si vous vous sentez concerné,

ou si vous avez l’impression que certains vous prennent pour des guignols

 

 Le Vrai / Faux !

L’EVOLUTION DU DOSSIER AS/AP

 

Vrai ou Faux : La reconnaissance des AS.AP  est soutenue par toutes les organisations syndicales :

FAUX

Lors des concertations au ministère   nous avons dû faire face aux doutes constants des centrales syndicales qui ne sont pas frileuses, mais carrément oppoes à une évolution des compétences des AS et AP

 

Vrai ou Faux : elles se « targuent » du contraire devant les professionnels concers  VRAI.

Certaine aujourdhu appellent à signer une pétition alors quen réunion, elles ne font aucune

proposition.

 

Vrai ou Faux : Durant les concertations les militants   CFDT Santé Sociaux ont été   sidérés des attitudes et propos entendus.  VRAI

Ce qu’ils ont entendu relève dun profond pris ou dune totale méconnaissance des professionnels

(le)s AS et AP.

 

Vrai ou Faux : notre organisation s’inscrit dans les travaux qui peuvent permettre d’obtenir des

avancées pour les professionnels.  VRAI

18 mois de travail de la CFDT ont permis l’élaboration des référentiels d’activités, de compétences et dune plateforme revendicative pour les Aides-Soignantes (AS) et AP.

 

VRAI ou FAUX : Comme souvent, nous ne valorisons pas ce travail de lombre.  VRAI

Contrairement  à  certains  acteurs  qui  font  croire  sur  le  terrain  qu’ils  prennent  en  compte  les

souffrances des salariés et qu’ils œuvrent pour eux.

 

VRAI ou FAUX : certaines organisations ne connaissent pas les lieux d concertation et décision. VRAI

On ne remet pas une pétition  revendiquant reclassement et évolution de carrière des paradicaux à un groupe de travail sur lattractivité des métiers de rééducation.

 

STOP AU MEPRIS DES AS/AP : OUI

A ce jour, seule la CFDT  revendique clairement :

-      Que les réalités d’exercice de ces professionnels soient reconnues,

-      Que les AS et AP soient dorénavant formés à différents actes pour pouvoir les exercer en toute sécurité.

-      Que cette évolution fasse partie intégrante de leurs compétences.

-      Qu’elles soient mieux reconnues, respeces.

-      Qu’une  réelle  réflexion  sengage  sur  la finition d’un rôle  propre  au-delà  des positions frileuses de retrait ou de corporatisme.

-      Que leurs diplômes soient revalorisés en niveau IV (niveau Bac) avec mises en

œuvre des incidences statutaires et salariales qui doivent en découler.

 

Reconnaissance et respect pour les AS et les AP !

OUI